Accueil

Accueil

Ce projet de recherche collective vise à documenter des cas d’esclavage conjugal et de mariage forcé dans des situations de conflits, situer ces informations dans un contexte historique et influer sur les poursuites internationales pour crimes contre l’humanité ainsi que sur les programmes locaux de réparation pour les survivantes de la violence. Misant sur la participation d’organismes communautaires d’Afrique, ce projet permettra, au moyen de recherches factuelles, de renforcer la capacité des individus et des organisations à prévenir la violence et à approfondir les connaissances sur l’utilisation de l’esclavage conjugal comme instrument de guerre.

Tirant parti du succès du réseau en place et des connaissances acquises par les partenaires au cours des quatre dernières années (Subvention de développement de partenariat (SDP) du CRSH 2011), cette équipe interdisciplinaire de chercheur-e-s et de partenaires propose d’étudier le sens social et juridique de l’esclavage conjugal ou mariage servile en temps de guerre, les normes de genre préexistantes et les implications de cette violence de genre dans les situations d’après-conflit.  Au moyen de recherches archivistiques, qualitatives et juridiques, ce partenariat examinera les expériences d’hommes et de femmes qui ont été soumis ou qui ont participé à l’esclavage pendant les conflits survenus en République démocratique du Congo (RDC), au Libéria, au Nigeria, au Rwanda, en Sierra Leone, au Soudan du Sud, en Ouganda et au Mali.

Nouvelles

Teddy Atim reçoit une bourse postdoctorale de l’Université York

Teddy Atim, collaboratrice au projet ECtG, a reçu l’une des bourses postdoctorales de la Faculté des arts libéraux et études ...
Lire la suite

Sandrine Lusamba de Sofepadi s’adresse au Conseil de sécurité des Nations unies

30 mars, 2021 – Sandrine Lusamba, Coordonnatrice de la SOFEPADI, s’est adressée au Conseil de sécurité des Nations unies et ...
Lire la suite

Ongwen: Voices beyond the Court Room

Disponible seulement en anglais By Chika Maduakolam 8 March 2021 ‘What is important is that victims need to stay central ...
Lire la suite